L’envers du décor

Mar et Alex, Juin 2016

Cette semaine, un article qui dévoile la réalité cachée derrière certaines photos: l’industrie du whale watching, de la plongée et des sorties en mer « touristiques ». Beaucoup nous disent que nos photos font rêver, mais sur place, le « rêve » n’est pas tout à fait comme on l’imagine ou comme sur la brochure…

Même si maintenant nous essayons de privilégier les lieux sauvages et loin de la consommation de masse, nous avons, durant notre expérience, souvent été très proches du business engendré par l’attrait de l’homme pour les animaux marins.

Il s’agit là de pratiques qui se déroulent un peu partout dans le monde et très rarement dénoncées, d’une part car il s’agit d’un gros business dont les journaux spécialisés ne peuvent pas parler, car ils se mettraient directement en porte-à-faux avec leurs annonceurs. Et d’autre part car les personnes qui payent cher leur mise à l’eau avec un dauphin ou une pauvre baleine harcelée oseront rarement dire qu’ils ont vécu une très mauvaise experience (nous parlons en connaissance de cause).

 

Nous allons commencer par un des pires: nager avec les dauphins à long bec à Sataya en mer rouge.

IMG_2226

Sous l’eau…

 

satayaok_2

Et en surface…c’est la foire aux zodiacs!

Pour en savoir plus, Alex a écrit un article plus complet ici. Les dauphins de l’Ile Maurice subissent exactement le même sort durant leur temps de repos et de socialisation.

 

Le requin baleine aux Maldives.

Maldives Janvier 2014 - 167_3

Privilégiés sont ceux pas trop mauvais en apnée!

IMG_8399

C’était notre premier requin baleine, mais nous sommes assez vite allés voir d’autres poissons plus petits tellement cette course au requin était insupportable. Beaucoup de gens descendaient sur le requin faire un selfie avec leur GoPro au bout d’une perche! Il y avait là plus d’une dizaine de zodiacs tournant autour d’un seul animal, une cinquantaine de touristes lui courant après. Ce spectacle, en plus d’être pathétique, était vraiment très dangereux!

 

Une tortue, toujours à Sataya.

IMG_4050

Ici, rien de bien méchant, mais juste pour montrer qu’une photo ne reflète pas toujours la réalité qu’on peut imaginer.

12376632_10153698959584332_5409025086048374123_n_2

 

 

Les baleines à bosse de la Réunion font aussi partie de nos tristes expériences…

IMG_3049

Si tranquilles…et si dérangées!

13078328_10153762873588439_1901367571_o_2

13073037_10153762872798439_265052030_o

Trop de bateaux, trop près, trop longtemps!

 

 

La baleine bleue au Sri Lanka

IMG_8933_2

Le rêve…

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La réalité!

Chaque jour, il n’y avait pas 4 bateaux remplis à craquer mais 20 autour d’une seule baleine! Le temps de repos et de ventilation en surface de l’animal était considérablement réduit. Pour en savoir plus, c’est ici.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Certes le whale watching a remplacé la chasse, mais dans beaucoup trop de régions du monde il n’est pas réglementé, où s’il l’est, il n’est pas vraiment contrôlé.

Même si sur place, nous soignons notre approche et essayons de respecter le rythme des animaux, nous faisons aussi parti de ce cirque, car y être c’est participer.

Pas simple d’espérer croiser ces animaux de manière éthique. Heureusement cela ne se passe pas toujours comme ça, et le choix de nos voyages en dépendra!

On nous demande souvent comment aller à la rencontre de ces animaux, il n’y a pas de recette miracle, mais certains points sont à retenir pour éviter les endroits les moins fréquentables:

  • Eviter les lieux de repos des dauphins, ils ne sont pas là pour jouer avec nous, mais se reposer et socialiser entre eux (je pense notamment au lagon de Sataya en Egypte, et à la baie de Tamarin à l’ile Maurice…)
  • Eviter les sorties à la journée qui vous promettent une rencontre inoubliable, car naturellement, la priorité de l’opérateur sera que vous en ayez pour votre argent, avant de se soucier des animaux.
  • Privilégier les destinations pas trop touristiques (il y en a encore, et souvent plus proches que ce que vous pouvez imaginer)
  • N’oubliez pas qu’il faut souvent plusieurs jours en mer avant de faire une belle observation. La patience sera votre meilleure alliée, acceptez de ne rien voir et simplement apprécier le temps passé en mer.

 

Photos: Alex Voyer/ Audrey/ Marianne Aventurier

  15 comments for “L’envers du décor

  1. 24 juin 2016 at 13 h 12 min

    Parfois, je me demande meme si c’est une bonne idee (tout court) de payer pour des excursions touristiques avec animaux « sauvages » dans le package, que ce soit sur terre ou sur mer. En Thailande, j’ai emmene mes filles faire une balade a dos d’elephant sur Koh Chang parce que ca fait partie des « traditions » et que j’en ai fait depuis longtemps. Je ne voyais pas le probleme jusqu’a ce que je lise un article recemment sur les camps ou les elephants sont enchaines et battus jusqu’a devenir dociles pour etre animaux de transport sur sentiers de jungle. Ca m’a franchement deprimee parce que j’avais choisi ce camp d’elephant pour les commentaires sur le traitement ethique des animaux. C’est un peu comme les zoos, en fait. Si les animaux sont a la disposition de l’homme, ils sont sans doute malheureux. C’est vrai ce que tu dis sur les whale watching tours mais moi ce que j’en ai vu en Californie, British Columbia et en Alaska etait tres different. Nous n’etions qu’un seul petit bateau, on n’a pas vu de baleines durant l’une des sorties et quand on en a vu (Alaska), on est restes prudemment en retrait avec personne a l’eau. Bref, il doit y avoir des endroits ou ca stresse moins les animaux mais en meme temps, voir des mammiferes marins de la surface c’est un peu frustrant. Continuons la reflexion!

    • Mar et Alex
      25 juin 2016 at 21 h 49 min

      Merci Laure, la reflexion continue… Je fais quoi concernant les silures?!?!

    • 11 juillet 2016 at 13 h 06 min

      Bonjour, c’est une très bonne remarque et je vous invite par conséquent à vous rapprocher des actualités (Facebook de Souffleurs d’Ecume ou Whale Watching) sur la certification qualité crée pour encadrer l’activité commerciale de WW en Méditerranée afin de promouvoir des excursions éthiques et durables.
      http://www.whale-watching-label.com.

    • Mar et Alex
      25 juin 2016 at 21 h 48 min

      Merci pour le partage!

  2. 25 juin 2016 at 3 h 43 min

    Tout a fait d’accord. L’information doit passer au maximum , trop de bateaux sur tous ces mammifères et cétacés. Comme les bateaux de plongee, un epace minimun de 200m doit être respecte entre l animal et tous ces stupides touristes que nous sommes tous un jour.
    Quant a l utilisation des tigres, des ours des elephants ou tout autre animal sauvage enfermes pour quelconque profit doit être ABOLIE.

    BOYCOTTONS CE MARCHE AUX ESCLAVES …….

    • Mar et Alex
      25 juin 2016 at 12 h 22 min

      Merci à toi! A bientot. Alex

  3. Marion
    25 juin 2016 at 13 h 38 min

    coucou

    « Beaucoup de gens descendaient sur le requin faire un selfie avec leur GoPro au bout d’une perche! » : c’est affligeant la connerie humaine…
    Merci pour cet article intéressant et toujours de très belles photos..
    bises!

  4. Patrick
    29 juin 2016 at 13 h 27 min

    A Tonga, les baleines sont traitées avec respect et le plus grand sérieux. Là bas, le whale watching est réservé aux professionnels qui font eux mêmes respecter une charte internationale érigée au rang de loi. Cela donne une qualité de rencontres et d’interactions unique au monde. C’est sans doutes pour cela que les baleines reviennent mettre bas années après années et que les photographes et cameramen professionnels du monde entier ne jurent que par Tonga.
    Les féroces défenseurs de le la déréglementation à la Réunion devraient s’en inspirer.
    Pour en savoir plus… http://www.scuba-production.com/reportage/septembre-2013-tonga.html,9,109,0,0,44

    • Mar et Alex
      29 juin 2016 at 13 h 48 min

      Merci Patrick,
      Comme le dit un ami grand philosophe, nous pouvons aussi etre une partie de la solution!
      Bien à toi.

      Alex

    • 11 juillet 2016 at 13 h 08 min

      Il y a du boulot aussi à Mayotte ! En attendant on essaye de faire bouger les choses en Métropole (www.whale-watching-label.com)

  5. Michèle G
    4 juillet 2016 at 7 h 55 min

    Merci pour ces témoignages courageux. C’est vrai que l’on vit dans une société où gagner de l’argent prime sur toute éthique, sur toute morale.
    Aussi ceux qui « rament » en sens contraire, s’ils sont plus nombreux qu’on l’imagine, ne se manifestent pas toujours par des écrits, ou d’autres sortes de manifestations similaires.
    Votre site fait partie des révoltes contre la puissance de l’argent. Je vous en félicite et je suis fière de vous.

  6. 4 juillet 2016 at 12 h 41 min

    Je vous remercie d’avoir partagé avec nous votre aventure .

    • Mar et Alex
      4 juillet 2016 at 12 h 50 min

      Merci à vous!

  7. 11 juillet 2016 at 13 h 09 min

    Super article. sans oublier que la Nage avec les cétacés attire aussi beaucoup de monde dans les Alpes Maritimes. On essaye de faire évoluer les choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *